Sur les routes auvergnates

Samedi 5 août 2017. Enfant confiée. Baluchon amarré. Casque, bottes et blouson sanglés. Il est temps de m’échapper au guidon de ma fidèle W.
Vite, s’extirper de cette capitale tentaculaire qui devient si claustrophobique lorsqu’il s’agit d’en sortir. L’autoroute ennuyeuse et linéaire reste encore le meilleur moyen de s’évader le plus rapidement possible. C’est vers Fontainebleau que le voyage commence vraiment, nos roues dans celles des vacanciers d’alors qui empruntaient la mythique N7. (suite…)